[Aller au menu]

Donner un nouvel essor au casino de la plage

  • Urbanisme
Le 16 novembre 2018

La majorité municipale mène depuis plusieurs années une politique de redynamisation de la station balnéaire. Dans ce cadre, il lui paraissait essentiel de conforter l’activité du casino, présente depuis plus d’un siècle à Mimizan-Plage. Après 4 années de démarches administratives et de contentieux, c’est dans un nouveau bâtiment, aux Hournails, que cette activité sera désormais proposée par un nouveau délégataire, la société Casigimi, gérée par Philippe Ginestet, fondateur et dirigeant du groupe GiFi.



ENTRETIEN AVEC CHRISTIAN PLANTIER, MAIRE DE MIMIZAN


Pourquoi était-il si important d’assurer la pérennité de l’activité des jeux à Mimizan- Plage ?                                                                                                         Si nous nous sommes attachés à sauvegarder l’activité des jeux c’est en raison de l’importance du casino de la plage dans l’histoire de Mimizan et de sa station balnéaire. Le casino, créé il y a plus d’un siècle, est indissociable de l’attractivité et de l’essor de Mimizan-Plage. Face à la baisse régulière de l’activité du casino, nous ne pouvions prendre le risque d’une fermeture de l’établissement à brève échéance et de la perte du privilège des jeux. Dans le cadre de notre politique de redynamisation de la station balnéaire, il nous semblait même essentiel de


DANS LE CADRE DE NOTRE POLITIQUE DE REDYNAMISATION DE LA STATION BALNÉAIRE, IL NOUS SEMBLAIT ESSENTIEL DE CONFORTER L’ACTIVITÉ DES JEUX ET DE FAIRE CONSTRUIRE UN NOUVEAU CASINO SUR UN EMPLACEMENT PLUS APPROPRIÉ.

 

conforter cette activité et de faire construire un nouveau casino sur un emplacement plus approprié. En cela, nos préoccupations ne sont pas si éloignées de celles de nos prédécesseurs qui n’avaient pas hésité à financer l’établissement d’hydrothérapie au bord du Courant après la destruction par une violente tempête, en 1922, du bâtiment en bois des bains de mer. Un siècle plus tard, l’enjeu reste le même : assurer la réputation et l’attractivité de notre station balnéaire. 

Fallait-il pour cela déplacer le casino aux Hournails à l’entrée de la station balnéaire ?                                                                                                                   Je souhaiterai rappeler tout d’abord que les élus de la majorité municipale ont toujours apporté leur soutien à l’activité du casino. Lorsque nous avons été sollicités par son exploitant actuel, la société Cogit qui connaissait des difficultés économiques, et afin de préserver l’emploi local, nous avons modifié le seuil à partir duquel la commune prélève le produit brut des jeux. Cet effort s’est traduit par une perte de recettes de l’ordre d’un million d’euros pour les finances communales. Ce que nous pensions n’être qu’une difficulté conjoncturelle et passagère s’est révélé d’une nature plus profonde. Avec la reprise du secteur, les autres casinos ont vu leur chiffre d’affaire progresser, tandis que celui de Mimizan continue de péricliter. Plusieurs études nous ont montré que le déplacement du casino à l’entrée de la station balnéaire, visible et facile d’accès, comme disposant de nombreuses places de parking, était indispensable. Ce constat, nous n’étions pas les seuls à l‘avoir fait. La précédente équipe municipale avait ainsi envisagé ce déplacement dans son programme, lors de la campagne des élections municipale de 2008. Aujourd’hui, la dynamique des jeux est en étroite relation avec le choix de l’implantation des casinos. Le retournement du marché n’a pas bénéficié au casino de Mimizan et nous en avons tiré les conséquences. Partout on constate un impact positif de l’investissement dans de nouvelles machines ou de nouvelles infrastructuressur la croissance du produit brut des jeux. Le déplacement du casino dans un bâtiment neuf, bénéficiant d’une meilleure accessibilité et de plus de visibilité, avec également une offre dynamique en termes d’animations, sera de nature à assurer le développement de son activité.

Quels sont les bénéfices attendus de la gestion du nouveau casino ?             C’est sur ces bases et après avoir fait l’acquisition du bâtiment du futur casino que nous avons lancé une nouvelle procédure de délégation publique. À son issue, et après négociations, le Conseil municipal a retenu par un vote majoritaire l’offre de la société Casigimi. Il s’agit d’une société créée par le fondateur et dirigeant du groupe GiFi, Philippe Ginestet, qui a souhaité diversifier ses activités dans le secteur des loisirs et des jeux. Ce sera pour nous un partenaire solide qui a de l’ambition et des idées pour dynamiser cette activité. Cette offre est une véritable chance pour Mimizan et pour l’attractivité de la station balnéaire. Un autre point important est que cette délégation de service public s’accompagnera de recettes pour la commune avec le versement d’un loyer et d’un prélèvement sur le produit des jeux. Sur l’ensemble de la durée du contrat, soit 20 ans, ces recettes nous permettront d’équilibrer la charge de l’emprunt contracté pour l’acquisition du bâtiment et même d’envisager un excédent. Bien qu’il ne s’agisse pas du montage juridique et financier que nous avions envisagé au départ, ce sont bien les recettes liées à l’exploitation du casino qui permettront d’en payer les murs et ce ne seront pas les impôts des Mimizannais.