[Aller au menu]

Un retour aux sources

  • Éditorial
Le 16 novembre 2018

Avec l’autorisation des autorités civiles et militaires, comme la complicité de ses amis de l’aérodrome de Mimizan, Jacques Gallier a eu le plaisir de retourner dans le cockpit d’un hélicoptère et d’y prendre place quelques instants. Engagé dans l’armée, Jacques Gallier a obtenu son brevet de pilote aux État-Unis en 1954. Il passe sa formation sur hélicoptère à Paris dans la filiale civile de Fenwick. Après un autre séjour aux État-Unis pour se perfectionner sur les engins lourds, il passe une première année en opération en Algérie avant de retourner en métropole sur la base de Mont-de-Marsan. Il réalise de superbes missions avec Paul-Emile Victor au Groenland, puis au Sahara et participe à l’expérimentation de l’alouette. Il effectue ensuite un second séjour au Sahara à Colomb-Béchard. Jacques Gallier totalise 4 années en opération et 6 600 heures de vol. Il est chevalier de la Légion d’honneur et de l’Ordre national du mérite, titulaire de la Médaille militaire et de la Médaille d’honneur du service de santé des armées pour le nombre d’évacuations sanitaires qu’il a effectué.