[Aller au menu]

Un week-end taurin à la plage

  • Vie associative
Le 14 novembre 2018

Le Club Taurin Mimizannais a renoué avec la tradition tauromachique et organise une corrida qui s’est imposée en quelques années comme un rendez-vous incontournable pour les aficionados. Les cartels y sont équilibrés et offrent l’opportunité aux néophytes de suivre un spectacle dont les codes ne sont pas toujours facilement accessibles. C’est l’une des clés de la réussite de cette corrida dans les arènes qui bordent le Courant. Des toreros confirmés y affrontent le bétail d’encastes choisi avec passion et rigueur. La corrida du 19 août s’inscrit dans cette démarche avec une affiche prestigieuse. Le Club Taurin Mimizannais a reconduit la ganaderia Maria Loreto Charro Santos de la région de Salamanque, après le succès de l’édition 2017 avec ses 7 trophées et la sortie triomphale des trois toreros et du mayoral. D’encaste El Torreon, cet élevage de souche Domecq y Diez, propriété du maestro César Rincon, est plébiscité par l’ensemble du monde taurin. Les toros font l’objet d’une présentation très soignée : robe noire profonde, trapio conséquent mais sans excès, afin d’assurer une grande mobilité lors des faenas. Les 6 toros seront lidiés par El Fandi, Juan del Alamo et Tomas Campos. Ce dernier, découvert à Mimizan en 2015, où il prit l’alternative, a conquis à nouveau le public mimizanais l'an passé en réalisant une faena profonde et sincère face à son second toro. D'un toréo classique, pur et engagé, Tomas Campos a triomphé lors de chacun de ses rendez-vous et notamment face aux redoutables Curré de Valverde à Orthez. Lors de cette temporada 2018, de nombreuses arènes lui ouvrent leurs portes. Juan Del Alamo foulera aussi de nouveau le sable des arènes de Mimizan après y avoir reçu le prix du meilleur lidiador de France en 2012. Il est l'un des spécialistes des toros de lidia : triomphateur des arènes de Madrid l'an passé face aux toros d'Alcurrucen, mais aussi spécialiste des Pedraza de Yeltes, triomphes à Dax en 2015 et à Salamanca en 2017. Enfin, avec la venue d’El Fandi, c’est un grand maestro qui prendra la tête de cette lidia. Régulièrement en haut de l’escalafón ces quinze dernières années, David Fandilla Marín dit El Fandi est un grand banderillero mais aussi l’auteur de faenas d’anthologie. Torero athlétique, il fut membre de l’équipe nationale de ski Espagne. Déterminé et allègre, il a toujours su séduire les aficionados par la variété de son jeu de cape.