[Aller au menu]

Les étapes d'élaboration du PLU

  • Urbanisme
Le 14 janvier 2019

PHASE 1

 • Une délibération du Conseil municipal prescrit l’élaboration du PLU

 • Diagnostic territorial et état initial de l’environnement

PHASE 2

 • Élaboration du PADD et débat en Conseil municipal

 • Orientations d’aménagement et de programmation

 


PHASE 3

• Règlement et zonage

 • Le Conseil municipal arrête le projet [Durant toute cette période : concertation avec les habitants et évaluation environnementale]

 


PHASE 4

 • Procédure administrative de consultation

 • Enquête publique et rapport du commissaire enquêteur

 • Le Conseil municipal approuve le projet [La durée moyenne d’élaboration d’un PLU varie de 2 ans et demi à 4 ans]

 

Les emplacements réservés

Au sein du PLU sont inscrits 8 emplacements réservés, mobilisant 6 ha de foncier pour la réalisation d’équipements collectifs et d’infrastructures publiques : 

• aménagement du carrefour rue de Robichon - rue Grand Pierre ; 

• extension de la zone de sports et loisirs du quartier Bestave ; 

• extension du collège et aménagement du carrefour chemin Brémontier -route Noire ; 

• passage piéton et chemin d’entretien en bordure de l’avenueJean Rostand ; 

• pénétration dans la zone des Maraîchers ; 

• déviation poids lourds et desserte de la ZAE du Born - Carrefour Market ; 

• aménagement du carrefour avenue de Vigon - rue Auguste Renoir. 

 

Une consommation économe de l'espace

Avec 46,5 ha à urbaniser, la consommation d’espace du territoire communal sera très modeste (0,5 %) et ne fera pas bouger ses équilibres : espaces naturels et forêts (88,2 %) ; zones agricoles (4,6 %) et zones urbaines (7,2 %). Tandis que le POS de 2001 permettait d’ouvrir 395 ha à l’urbanisation, le PLU n’en retient plus que 7 fois moins. C’est le résultat d’une application stricte des nouvelles règlementations en matière d’urbanisme qui ont pour principe d’éviter l’étalement urbain comme le « mitage dans les zones naturelles » et prescrivent la densification des zones déjà urbanisées. 

 

LES OBJECTIFS EN TERMES DE LOGEMENTS 

Les objectifs en matière d’habitat sont déterminés par les hypothèses démographiques retenues en concertation avec les services de l’État et en conformité avec les orientations du futur SCoT du Born. La capacité maximale d’accueil est de 700 nouveaux habitants à l’horizon de 10 ans et s’appuie sur un rythme de croissance démographique de + 1,4 % par an. À terme, la population de Mimizan pourrait atteindre près de 7 700 habitants, légèrement supérieur au seuil des années 1970. 

Pour ce faire, il est envisagé de produire 1 186 nouveaux logements. Un chiffre qui tient compte à la fois des besoins liés à l’accueil des nouveaux résidents, de la part de résidences secondaires ainsi que du phénomène de diminution de la taille moyenne des ménages. Ainsi 46 % de ces logements seront issus de la mobilisation des gisements fonciers du tissu urbain existant ; 65 % des logements sont destinés à accueillir de la population résidente à l’année et 17 % seront des logements locatifs sociaux. 

 

LES 5 GRANDES ORIENTATIONS DU PADD 

L’objectif principal de la ville de Mimizan est de consolider sa démographie et son économie dans un cadre territorial élargi. Sa politique d’urbanisme doit lui permettre de renforcer son statut de polarité urbaine principale à l’échelle de son bassin de vie. La commune souhaite s’engager dans un projet de développement maîtrisé à la fois dans le temps et l’espace. Il devra se conjuguer avec la préservation de son environnement remarquable et de ses ressources littorales et forestières. Elles sont en effet essentielles au maintien de son identité ainsi qu’à la pérennité des filières économiques locales, s’agissant tant du tourisme que de la filière bois. La commune entend se préparer aux enjeux de la transition énergétique et fait déjà partie, depuis 2013, d’un territoire à énergie positive pour la croissance verte. 

1/ Améliorer le rayonnement et l’attractivité résidentielle de Mimizanau sein de son bassin de vie ; 

2/ Définir une politique locale de l’habitat tournée en premier lieu vers la satisfaction des résidents permanents ; 

3/ Mettre en oeuvre une stratégie de développement fondée sur la notion de proximité et d’accessibilité ; 

4/ Valoriser les qualités urbaines et paysagères de Mimizan pourrenforcer son attractivité résidentielle et touristique ; 

5/ Faire du projet communal une réponse aux défis climatiques et environnementaux de demain. 

 


5 SITES OUVERTS À L’URBANISATION 

Les orientations d’aménagement et de programmation du futur Plan Local d’Urbanisme retiennent 5 sites principaux à urbaniser : 3 sites destinés à de l’habitation et une zone d’activité au bourg, une zone mixte à la plage avec le projet d’aménagement du Parc d’Hiver. Le site de Gombaud (2,3 ha) a pour vocation d’accueillir un habitat résidentiel permanent constitué de maisons individuelles et groupées. Le site dit « Dune du bourg Nord » (2 ha) sera aussi dédié à de l’habitat résidentiel permanent constitué de maisons groupées et d’habitat collectif. Sur le site de Bestave (12,4 ha) est prévu un aménagement s’appuyant sur 2 îlots suite à l’urbanisation de la partie centrale du site. Les constructions envisagées sont des maisons individuelles et groupées et du petit collectif. Sur le site de La Vignotte (16,8 ha) l’objectif est d’intégrer le projet d’une liaison entre la RD 44 et la RD 652 à l’aménagement d’une future zone économique. Enfin, à la plage, le projet d’aménagement du futur quartier du Parc d’Hiver (17,2 ha) a pour vocation l’accueil d’habitat résidentiel permanent (maisons individuelles et groupées), d’activités de loisirs et d’hébergements touristiques. Les 4 zones à urbaniser à vocation d’habitat devront produire de 10 à 30 % de logements locatifs sociaux, soit un objectif de 118 logements.