[Aller au menu]

Des renforts pour l'été

  • Cadre de vie
Le 21 novembre 2018

DES DISPOSITIFS POUR RENFORCER LA SÉCURITÉ 

Mimizan est une station balnéaire dont la population peut être multipliée par 10 au coeur de l’été. Durant cette période, il faut faire appel à du personnel saisonnier en renfort, non seulement pour assurer au mieux les missions quotidiennes de police municipale, mais encore pour la surveillance des plages. L’effectif du service comprend 6 policiers municipaux et 2 ASVP, placés sous l’autorité du chef de la police municipale, Sylvain Delevaque. Durant la saison estivale, la commune recrute 7 ASVP et 37 MNS civils, déployés au sein des postes de secours. Chaque semaine de juillet-août, un Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance rassemble le maire et l’adjoint en charge de la sécurité, l’ensemble des services communaux concernés par ces problématiques, des associations, la gendarmerie et les sapeurs-pompiers, l’Office national des forêts, ainsi que des représentants de la Préfecture et du Parquet. La ville de Mimizan assure l’accueil logistique des renforts de gendarmerie à la plage, comme la maintenance de l’hélistation au sud. Tout cela a un coût important pour le budget communal, de l’ordre de 320 000 €, hors investissement. Bien entendu, le travail des policiers municipaux se concentre sur la station balnéaire durant l’été, là où l’afflux de population est le plus important. Fin août, à l’occasion des fêtes de Mimizan, un dispositif conséquent est déployé au bourg pour assurer la sécurité des festayres. 

LA SURVEILLANCE DES PLAGES 

À Mimizan, comme pour les autres stations balnéaires du littoral landais, l’ouverture et la surveillance des plages sont un enjeu important. La ville de Mimizan a décidé de ne pas faire appel aux renforts de CRS, suite à l’annonce en 2016 de leur déploiement tardif et pour une durée limitée à un mois. Ce sont donc exclusivement des maîtres-nageurs sauveteurs (MNS) civils, placés sous l’autorité d’un policier municipal, Gilles Degorce, chef de poste expérimenté, qui ont assuré les missions de surveillance des baignades durant cette saison. Les 37 MNS sont recrutés au printemps en raison de l’importante amplitude d’ouverture des plages - de mai à septembre - et pour s’assurer de disposer d’un effectif aguerri. La qualité de la surveillance des plages n’a pas été altérée par cette décision. Les personnels civils ont les mêmes diplômes et compétences que les CRS en matière de sauvetage, y compris lorsqu’ils prennent la responsabilité de chef de poste. Leurs aptitudes sont évaluées lors d’un stage de recrutement particulièrement relevé. 

 

CINQ BAIGNADES SURVEILLÉES EN JUILLET-AOÛT 

À Mimizan, la période de surveillance des plages s’étale, en 2017, du 13 mai au 24 septembre et comprend jusqu’à 5 baignades surveillées au coeur de l’été en juillet-août. Plage Nord : deux zones de baignade surveillées par le poste de secours de la Garluche ; plage Sud ; plage de Lespecier et plage du Courant.


DES REMERCIEMENTS ET DES FÉLICITATIONS 

En 2016, nous avons reçu un nombre significatif de courriers adressés au maire afin de féliciter les maîtres-nageurs sauveteurs qui étaient en poste durant la saison estivale. Les parents de Marion, jeune fille sauvée de la noyade, tenaient à témoigner «du professionnalisme, du sang-froid et de l’humanité» des sauveteurs du poste de Lespecier. Un couple d’estivants «habitués de la plage de Remember depuis des années» a salué la «compétence» des jeunes MNS et apprécié qu’ils n’hésitent pas «à élargir la zone de baignade surveillée en fonction de la fréquentation de la plage». Un autre couple de vacanciers, originaires de Dordogne, tenait «à féliciter ces MNS pour leur efficacité et pour nous avoir redonné le plaisir de nous baigner sur ces magnifiques plages de votre ville». Enfin, certains d’entre eux ont conclus qu’ils «ont su démontrer que la présence des CRS n’était pas indispensable».