[Aller au menu]

Finances & fiscalité

  • Finances
Le 21 novembre 2018

Ce que nous vous proposions :
une ville bien gérée, des impôts maîtrisés 

C’était l’un de nos principaux engagements pour ce mandat : maintenir une fiscalité la plus faible possible et ne pas utiliser les impôts locaux comme une variable d’ajustement en fonction des dépenses. Avec un programme d’investissement ambitieux et en dépit d’un désengagement croissant de l’État, nous avons construit notre budget 2017 sans augmenter les impôts pour la 9eannée consécutive. Ceci est le résultat d’une gestion rigoureuse qui repose sur la maîtrise de nos dépenses de fonctionnement, grâce à l’implication des services municipaux, comme sur une politique judicieuse de cessions foncières. 

 

ARNAUD BOURDENX, Adjoint aux finances et à l’exécution budgétaire 

L’investissement reste notre priorité. 

Depuis le début de ce mandat, la construction budgétaire est rendue plus difficile. La baisse des dotations de l’État et les transferts qu’il nous impose, sans toujours les compenser, diminue d’un côté nos recettes, tout en augmentant de l’autre, nos dépenses. Face à cette situation, un nombre grandissant de collectivités locales ont pris la décision de fermer certains services publics qui ne sont pas obligatoires, d’augmenter les impôts locaux, de s’endetter ou de limiter leurs investissements. 

En dépit de marges de manoeuvre étroites, nous avons inscrit plus de 3,5 millions d’€ de dépenses d’équipement au budget primitif de 2017 et nous avons maintenu la qualité et l’intégralité des services publics rendus à nos concitoyens. Ceci, grâce à une politique financière pleine de bons sens. Elle s’appuie sur la mobilisation des services de la commune pour maîtriser nos charges de gestion courante. Nous disposons d’un autre atout avec notre politique de cessions foncières qui permet de maintenir un programme d’investissements soutenu. Nous avons également fait le choix d’une délégation de service public pour la gestion de nos campings municipaux. Cela nous permet de faire l’économie d’un investissement nécessaire de 6 millions d’€, qui aurait lourdement pesé sur les finances communales, comme de recueillir de nouvelles recettes. En conservant la maîtrise de l’aménagement de la ZAC des Hournails, nous avons pu financer des infrastructures publiques de qualité, comme le skatepark ou l’aire de service pour les camping-caristes, sans que cela ne coûte aux contribuables mimizannais. 

Un cap qui sera de plus en plus difficile à tenir en raison de nouvelles mesures annoncées dans la prochaine Loi de finances à l’égard des collectivités territoriales : évolution des dotations et réforme de la taxe d’habitation, notamment.