[Aller au menu]

Un équilibre financier préservé

  • Urbanisme
Le 16 novembre 2018

le produit des jeux. Depuis 2013, cet effort peut être évalué à près d’un million d’€. Le chiffre d’affaire du casino de Mimizan n’a cessé de péricliter depuis lors et plusieurs études nous ont montré qu’il ne s’agissait pas d’un problème conjoncturel, liée à la morosité du secteur des jeux, mais bien d’un problème structurel, lié principalement à l’emplacement de l’activité, comme au manque d’investissements. D’une année sur l’autre, l’établissement de Mimizan perd des places dans le classement des casinos français et se situe au 192e rang sur 200. L’offre faite par la société Casigimi tient bien entendu compte de cette situation, comme du potentiel du nouvel établissement. Le délégataire se propose d’investir à hauteur de 4,3 millions d’€ pour dynamiser l’activité et rendre le casino plus attractif avec des machines modernes et des animations régulières. Les comptes de résultats prévisionnels présentés sont prudents et cohérents avec la réalité économique de l’activité potentielle sur Mimizan, notamment quant à l’évolution du produit des jeux. Les chiffres retenus évoluent entre le niveau actuel de l’activité et celui des années plus fastes. Quant aux recettes qu’en retirera la commune, elles sont supérieures au coût de l’emprunt contracté pour faire l’acquisition du casino. Comme cela se pratique, le taux de prélèvement sur le produit des jeux sera progressif en fonction du chiffre d’affaire réalisé, avec des taux et des tranches similaires à ceux de casinos équivalents. Nous avons retenu le même principe pour fixer un loyer raisonnable, avec un plancher de 110 000 €, et une évolution à la hausse en fonction du chiffre d’affaire. Il nous semblait logique de trouver une solution économique qui permette tout à la fois de favoriser la poursuite de l’activité dans un nouveau site, de tenir compte de l’importance des amortissements nécessaires pendant les premières années d’exploitation et de ne pas obérer les comptes de la collectivité. Comme je le soulignais plus haut, l’offre que nous avons négociée avec Casigimi est très favorable à la commune. D’une part, elle nous permettra de couvrir largement la charge de l’emprunt que nous avons contracté pour faire l’acquisition du bâtiment, et d’autre part nous avons trouvé un excellent partenaire en la personne de Philippe Ginestet, le fondateur et dirigeant du groupe GiFi, et de sa société Casigimi. Ce dernier a manifesté une véritable ambition autour de son projet d’aménagement et d’exploitation du casino pour participer pleinement à l’animation et l’attractivité de la station balnéaire.